L'homme de 20 ans, originaire de Bulgarie qui avait approché deux enfants de 12 et 13 ans pour les racketter, au centre Saint-Martial, vendredi, a été condamné à trois mois de prison ferme par le tribunal correctionnel de Limoges, hier après-midi.

L'un des enfants lui avait cédé 6 euros sous la menace. « La justice a été bonne fille avec lui », a lancé Valérie Chaumond, représentante du Ministère Public. « Il est connu des services, doit passer pour des faits quasi similaires le 9 mars devant le tribunal » Elle a requis, notamment en raison de précédents judiciaires, trois ans de prison. L'avocat du jeune homme, Maître Jean Valière Vialleix, s'est dit « étonné de la sévérité des réquisitions.»

Le père du jeune homme racketté a pris la parole pour évoquer le traumatisme subi par son fils. « Je lui ai donné de l'argent de poche, l'ai laissé à Saint-Martial avec un ami. Je ne pensais pas que cela pouvait arriver dans un endroit que l'on pense sécurisé... S'en prendre à des enfants comme il l'a fait, c'est quelque chose que je ne peux pas comprendre. » Balbutiant quelques mots de français, le jeune homme s'est défendu en expliquant qu'il ne les avait « pas tapés » et qu'il n'était « pas méchant ». Il a été condamné également à verser 200 euros de dommages et intérêts au père de la victime.

Source : le populaire du centre du 15.02.2010